13.5.19

OK gôgôl !




Petite anecdote toute mimi ! 
Pardon pour le dessin un peu tout moche mais je n'ai pas beaucoup de temps et je voulais absolument illustrer ce petit moment ^^ 

26.3.19

Nana en colère



Quand tu as une dette de sommeil d'environ 100 000 ans, parce que la grossesse, parce que l'accouchement, parce que les suites de l'accouchement, parce que tu te lèves toutes les nuits pour faire les biberons afin que l'homme puisse dormir parce que l'homme travaille et que visiblement travailler, faire une tâche que l'on connaît par cœur, est plus fatiguant que simplement passer sa journée dans les cris, les pleurs, les couches d'un bébé...
Alors que tu as encore passé une petite nuit à consoler un nourrisson qui pleure sans que tu saches pourquoi.
Alors que tu demandes à l'homme de sacrifier une demi-heure de sommeil ce matin pour toi gagner 2h,
Et que l'homme te répond qu'"il travaille", qu'il est fatigué parce qu'il s'est inquiété (bien au chaud dans le lit) de te savoir debout toute la nuit à t'occuper de votre fils, alors que toi tu fais tout pour qu'il dorme parce qu'il "travaille"...
parce que non, s'occuper seule des deux enfants le matin puis le nourrisson toute la journée puis les deux enfants le soir et préparer le dîner n'est visiblement pas fatiguant comme le "travail" de l'homme.
Et qu'alors, l'homme à bout d'arguments, te balance qu'"avec un peu de chance tu vas pouvoir dormir dans la journée" contrairement à lui.
C'est là que tu réalises que l'homme n'a jamais passé une journée complète seul avec son nourrisson et que le congé paternité qui lui laisserait l'occasion de vivre cette "merveilleuse aventure" devrait être obligatoire.

Homme... Oublie le "je travaille" pour échapper à ton destin de père, toi qui l'a voulu. Nous travaillons aussi, beaucoup d'entre nous continuent également à ramener de l'argent au ménage (nous ne sommes donc pas en vacances contrairement à ce que le terme "congé maternité" pourrait faire penser) nous travaillons !  nous travaillons à élever vos filles, vos fils, à les cherire, les nourrir, nous nous sacrifions au nourrisson pour qu'il puisse grandir sainement et pour que tu puisses jouer avec lui quand il sera grand. Nous travaillons chaque jour et chaque nuit. Et toi homme ? Tu fais quoi de tes journées qui te permets d'affirmer que tu es plus fatigué que moi ? Qu'est-ce qui justifie que tu ne puisses pas aussi te lever le matin pour donner un biberon avant d'aller à ton "travail", celui que tu connais si bien, sans surprise ou presque, avec son planning bien ordonné, ses pauses café et déjeuner qui arriveront de manière certaine et sans cris/pleurs/couches... ?

"Je travaille, moi" et la chose la plus mesquine, la plus basse et la plus odieuse que tu peux lancer à la femme qui, pour des raisons naturelles et sociétales, n'a pas choisi de ne pas "travailler", elle. Parce que, si le congé paternité est une option dont tu peux te débarrasser, la femme elle, n'a pas d'autre choix que d'accepter de s'occuper seule la journée du tout petit.
Homme, ne te crois jamais plus fatigué que moi simplement parce que tu "travailles". Homme, ne crois pas que ton "travail" est PLUS fatiguant ou important que le mien.  Homme... je suis (au moins) autant fatiguée que toi.



Bon...  En vrai cette "anecdote" date de mardi dernier ! Et s'est très bien terminée après échanges et Bibou a validé ce post (il m'a même aidée pour le dessin 😊). Mais cela arrive trop souvent dans un couple même quand on a un féministe convaincu à la maison...  Je tenais donc à publier tout de même... Mais comme je ne voulais pas vous balancer un pavé sans illustration... Et comme j'ai un nourrisson qui ne dort pas beaucoup il a été compliqué de trouver les 2h nécessaires au dessin.
2h résumées en 30s !



11.2.19

Craquage

Hier, cachées sous mon enooooorme protubérance ventrale, j'ai découvert des vergetures (et pas qu'un peu)... 
Balafres rouges et irrégulières qui enlaidiront mon corps à jamais... Dame nature me les avait épargnées lors de la première grossesse et m'avait offert une libération anticipée de 15 jours... Vu ma pénitence j'espérais un renouvellement de clémence... Mais visiblement non...  

Et j'ai pété les plombs... 

Contre mon corps qui me trahi et me lâche, contre la vision patriarcale de la beauté de la femme que nous impose cette société et qui a pour conséquence mon inquiétude des séquelles que pourraient laisser sur mon corps un évènement des plus banal et des plus naturel qui soit : porter un enfant et contribuer à la reproduction humaine. 

J'ai pété les plombs contre les hommes, tous ! Contre cette injustice naturelle qui ne leur impose pas de changements drastiques de leur corps et leurs humeurs tout au long d'une vie (règles, spm, grossesses, changements hormonaux, ménopause...) et à qui pourtant on n'impose pas une constance de la beauté du corps. 

J'ai pété les plombs contre cette injustice naturelle qui fait que certaines femmes se sentent si bien enceinte et que moi je subi un calvaire de 9 mois...

J'ai pété les plombs contre moi-même qui ai perdu courage depuis quelques semaines alors que la fin est proche et que bientôt je tiendrai mon fils dans les bras. 

Bref, j'ai pété les plombs, j'ai pleuré un bon coup, j'ai dessiné ma frustration et ça va (un peu) mieux maintenant. 
Et vous votre journée ? 😁


Pour me défouler j'ai dû faire 4 esquisses ! 
Les autres arrivent (puisque visiblement Little Bis m'en laisse le temps).
4 dessins sur papier en moins d'une heure...  Rentable ! 
Même si j'aimerais passer au tout numérique je préfère de loin faire mon brouillon sur papier !  
10 min de dessin papier donc puis 1h de mise au propre et colo numérique !  
Un record !  
Le tout en vidéo d'une minute :